Claude Meunier-Berthelot Le blog de Claude Meunier-Berthelot* Articles de réinformation scolaire
*Juriste de formation. A fait toute sa carrière dans l’Education Nationale.

 Le titre d’un article de Roger Célestin publié le 18 juin 2012 sur le site « Atlantico » nous fait nous interroger : « …Pourquoi Vincent Peillon a raison (… ?) de vouloir réformer les rythmes scolaires ? ». Nous sommes surpris de ce parti pris en faveur de cette réforme. Qu'y a-t-il donc derrière cette volonté de réformer les rythmes scolaires et pourquoi devrait-on être amené à considérer que le Ministre a forcément "raison" telle que la formulation le laisse supposer ? 

samedi, 23 juin 2012 14:24

L'impossible survie du bac

« Le bac s’essouffle » dit le Ministre de l’Education pour justifier d’en envisager la suppression. Un examen qui s’essouffle ! …c’est original !

C’est quoi, un examen qui s’essouffle ?

Ce doit être un examen épuisé de recevoir des coups...

mercredi, 20 juin 2012 09:04

Une "olympiade" peu...olympienne!

Quid de « l’olympiade française de mathématiques » ?

 

Tout d'abord, ne pas confondre « olympiade » et « jeux olympiques ! ». Chez les grecs, l’olympiade représentait la période de 4 ans qui s’écoulait entre deux célébrations successives de jeux olympiques dont les épreuves sportives avaient lieu précisément tous les quatre ans et où les vainqueurs se voyaient décerner une couronne ; l’olympiade représentait donc une période préparatoire à ces épreuves de prestige. La métaphore utilisée et sujette à ambiguité pour désigner une épreuve - au demeurant, fort peu éprouvante - de mathématiques ne doit pas nous abuser.

En effet, l'"olympiade française de mathématiques" est matérialisée par un concours ouvert aux lycéens de première de toutes les séries, qui a donné lieu le 06 juin 2012, à une remise nationale des prix clôturée par le Ministre de l’Education, Vincent Peillon. Jusque-là, cela fait plutôt sérieux !...

Tout le monde est d’accord sur le fait que l’Education Nationale part à la dérive et, les gesticulations syndicales aidant, laissent souvent à penser que seuls, les enseignants sont responsables de cette situation. Il est vrai que nous pourrions être tentés de le penser lorsque l’on constate que des élèves arrivant au collège lisent de moins en moins bien et donc de moins, qu’ils écrivent de plus en plus mal – tant du point de vue graphique que du point de vue orthographique, qu’ils ne savent pas non plus très bien calculer…pour ne parler que des acquis de base ! Il est vrai aussi qu’on le pense souvent.

Sans doute, faut-il tempérer le propos...

Qui a  vu passer la réforme du lycée 2010 ne peut s’étonner du contenu des deux rapports remis conjointement et récemment au Ministre de l’Education  par l’IGEN (Inspection générale de l’Education Nationale) et par l’IGERN (Inspection générale de l’Education Nationale et de la Recherche) (2 « machins »).

Certes, les résultats des évaluations CE1 et CM2 étaient "truqués"...

...Et François Hollande nous avait prévenus : « les évaluations fin de CE1 et CM2 seront supprimés » mais, sous prétexte d’ « accablement » des professeurs et d’ « entrave » à leur enseignement, sous prétexte également d’ « angoisse » des enfants et de leurs parents (…) On en apprend tous les jours! Cette mesure n’a pas tardé à être entérinée par Vincent Peillon, le nouveau ministre de l’Education qui vient de prendre le relais de Luc Chatel, bien que ces évaluations soient néanmoins maintenues  cette année puisqu'ayant lieu en mai, il était trop tard pour qu’elles fussent supprimées sur le champ.

En 2010, s’est ouverte, à New-York, une école franco-américaine « à charte » (NYFACS = New York French American Charter School!) c’est-à-dire une école indépendante ayant défini contractuellement avec les autorités administratives, ses conditions d’organisation et de fonctionnement  et appelée, pour cette raison, « charter school ». Ce type d’école  est présenté comme le modèle à suivre pour notre système scolaire par Pierre Barthe, professeur agrégé, ancien attaché de coopération, qui conclut son discours par cette interrogation :  « Combien de temps faudra-t-il pour que ces expériences soient enfin développées dans l’ « hexagone » ? – dit-il, pour désigner notre pays, la France.  Que faut-il en penser ? et si l’on en pense du bien, serait-ce si difficile à réaliser ? ...

Pour ceux qui rêvent encore à la possibilité de restaurer l’"Ecole de la République", nous regrettons de devoir les décevoir très vite , n’hésitant pas à leur dire : c’est impossible. Pessimisme ou réalisme ? nous ne pouvons pas dire : « les deux, mon Général » : la réalité s’impose mais amène, bien évidemment,  à se poser la question de savoir pourquoi ne serait-ce plus possible aujourd’hui alors que cela fut possible…autrefois ?...

Les parents veulent-ils vraiment que les devoirs ne se fassent plus à la maison comme le prétend un article de Marie-Estelle Pech dans le Figaro du 13/03/12 ?  ce "plus de devoirs à la maison" revient "en boucle"dans les medias depuis quelques temps où il n’est question que de « devoirs à l’école, d’accompagnement personnalisé, de tutorat »….du primaire à l’université incluse, laissant à penser que l’objectif est celui de permettre une individualisation de l’aide apportée à tous les élèves afin de faciliter leur réussite et de rétablir  ainsi les marques d'un système éducatif défaillant.

Or...

« 9 Français sur 10 veulent une réforme de l’école » titre le figaro du 05/03/12. En effet, selon une étude (…) « Opinionway » exécutée pour le compte de l’APEL -  l’Association des Parents de l’Enseignement « Libre » - en réalité de l’enseignement privé sous contrat, c’est-à-dire de l’enseignement para-public - auprès d’un échantillon de 639 parents d’enfants scolarisés, 92% des Français et 91% des parents souhaitent que l’école soit réformée. Certes ! de cela, nous ne doutons pas ! jusque-là, tout va « bien » ! puisque… tout va mal et que  tout le monde le sait,  à un point tel qu’il n’est plus possible de le cacher...

Conférences possibles

Articles du blog :