samedi, 07 janvier 2012 17:57

La refondation de l'Ecole, un mythe?

Écrit par 

La refondation de l'Ecole par Messires Sarkozy et Chatel est-elle un mythe? Certes non ! Résultant de la mise en oeuvre de la réforme révolutionnaire léguée par Claude Allègre, la refondation de l'Ecole repose sur 4 "piliers" pédago-idéologiques : la démocratisation, l'élève mis au centre du système éducatif, l'interdisciplinarité ou transversalité, la conception élargie de l'éducation...

. Opposé au principe d'élitisme dont la finalité est la recherche de l'excellence dans des domaines et à des niveaux de compétence divers, le principe de démocratisation vise à ce que la même chose soit donnée à tous les élèves;  se calquant sur les moyens intellectuels des élèves les plus faibles pour déterminer les exigences, c'est le plus sûr moyen de "couper les têtes qui dépassent". La démocratisation de l'enseignement ne consiste donc pas à vouloir mettre à la portée de tous un enseignement de qualité, mais de n'en permettre à personne ; c'est un modèle parfait d'obscurantisme,

.Corollaire du principe précédent, l'objectif de "mettre l'enfant au centre du système éducatif" vise en réalité, à en évacuer le savoir à transmettre pour laisser l'élève construire lui-même son savoir en fonction du souhait qu'il en a : c'est le constructivisme cher aux marxistes et si Nicolas dit bien qu'il faut replacer "le savoir" au centre du système éducatif, rien dans les dispositions prises ne vient renier ce principe de "mettre l'enfant au centre du système éducatif",

. L'interdisciplinarité ou transversalité - corollaire également du principe précédent, c'est dire c'est la déconstruction du système éducatif est "bien" pensé - est censé permettre à l'élève de "s'instruire" dans différentes disciplines à la fois - français, maths, histoire, géographie, sciences...- à travers des activités  qu'il choisit, sans obligation de résultat...activités  dites transversales destinées à se substituer à tous les cours, l'enseignant devenant simplement l'accompagnateur du projet de l'élève : plus de transmission des savoirs, "du passé faisons table rase",

. La "conception élargie de l'éducation" consiste à faire réaliser des activités hors classe - en remplacement des cours.  C'est ainsi que l'introduction de l'"histoire de l'art" dans les programmes de l'école primaire, sans savoir ni formation préalables et prétexte à des sorties récréatives dans les établissements "culturels" ainsi que" l'éducation artistique et culturelle" dans l'enseignement secondaire, du même esprit, est un des aspects de cette "conception élargie de l'éducation".

En somme, rien que des formules récréatives, sans obligations de résultat.

Tous ces "piliers"" en pâte à modeler des citoyens incultes et inaptes à assumer les contraintes de la vie sociale en feront "...l'école du savoir...l'école du respect...l'école de l'exigence..." nous dit sans sourciller Nicolas Sarkozy.

Voilà l'avenir de l'Ecole. Faut-il en rire ou en pleurer?

 

 

Lu 3702 fois Dernière modification le jeudi, 28 juin 2012 12:07