mercredi, 28 mars 2012 12:44

Un hiatus entre la "refondation" de l'Ecole et les Français

Écrit par 

« 9 Français sur 10 veulent une réforme de l’école » titre le figaro du 05/03/12. En effet, selon une étude (…) « Opinionway » exécutée pour le compte de l’APEL -  l’Association des Parents de l’Enseignement « Libre » - en réalité de l’enseignement privé sous contrat, c’est-à-dire de l’enseignement para-public - auprès d’un échantillon de 639 parents d’enfants scolarisés, 92% des Français et 91% des parents souhaitent que l’école soit réformée. Certes ! de cela, nous ne doutons pas ! jusque-là, tout va « bien » ! puisque… tout va mal et que  tout le monde le sait,  à un point tel qu’il n’est plus possible de le cacher...

...Mieux vaut donc avouer que les Français ne sont pas dupes de l’effondrement du système éducatif ! les « sondeurs » s’arrangeront du reste ! Seulement, voilà ! si la très grande majorité des Français souhaitent une réforme de l’Ecole, s’agit-il bien de la même réforme  que celle que nous concoctent, non seulement nos gouvernants mais la quasi-totalité des candidats à la présidentielle ?

A cet égard,  cette « étude » « Opinion way » a de quoi nous faire nous poser quelques questions quant aux réponses prétendûment obtenues puisque, d’une part, on ne sait pas quels échantillons de personnes ont été interrogées ni  quelles questions leur ont été posées et que, d’autre part, les réponses qui auraient été obtenues de l’immense majorité des personnes interrogées pour savoir ce qu’ils souhaiteraient à l’avenir pour l’école,  iraient précisément dans le sens de la révolution-destruction scolaire en cours !

 Bizarre ! NON ?

 C’est ainsi que, selon cette étude,  

84% souhaiteraient l’amélioration de la formation des enseignants par l’alternanceComment la question a-t-elle été posée ? nous l’ignorons.

Personne ne conteste la nécessaire formation des enseignants sur le terrain après avoir acquis une formation disciplinaire , mais ce qui est prévu dans le cadre de la « refondation » de l’école, c’est que cette formation en alternance se fasse au détriment de l’enseignement disciplinaire dans la formation universitaire des futurs « enseignants »  et la « justification » de cette mesure est, précisément, la disparition progressive des cours qui permettent la transmission des savoirs, transmission à laquelle les Français et les parents  sont très naturellement attachés avec juste raison, ce serait donc étonnant que les Français cautionnent ce système.

 83% souhaiteraient le développement de l’usage d’outils numériques.

Ce résultat est étrange dans la mesure où les parents trouvent majoritairement que les enfants sont déjà beaucoup trop « scotchés » à l’ordinateur et n’attendent pas que l’Ecole renforce l’utilisation de l’outil informatique  mais…c’est bizarrement ce que les réformateurs prévoient,

 78% souhaiteraient le renforcement du contrôle continu dans les résultats du baccalauréat. ce qui correspond tout aussi bizarrement au projet de renforcement en cours du prétendu  « contrôle continu » qui s’explique par le fait qu’en raison de la métamorphose de l’Ecole en lieu de vie où les cours sont remplacés par des activités – projets d’élèves au cours desquels ils sont censés construire leur savoir, sans obligation de résultats pré-établis et contrôlés -  il ne sera plus possible de prévoir des épreuves basées sur des connaissances et identiques pour tous. Ce résultat est d’autant plus surprenant que les parents  sont très attachés au « bac », examen qui sanctionne la fin des études secondaires.

 75% souhaiteraient des rythmes scolaires mieux adaptés à ceux des enfants au primaire, ce qui correspond toujours aussi bizarrement à la mise en œuvre de la modification des rythmes scolaires de nos gouvernants pour masquer la disparition des cours et leur remplacement par des activités intégrant ce qu’il appellent l’accompagnement personnalisé, le tutorat, l’aide aux devoirs (sic) …qui laissent supposer une aide s’inscrivant dans le prolongement des cours à l’école alors que ce ne sont que des activités où l’enseignant-qui-n’enseigne-plus accompagne l’enfant dans son projet et ce dispositif est en réalité, destiné à ce que les parents n’aient plus un droit de regard sur cette école en triple décomposition en faisant réaliser les activités sur place,

63% souhaiteraient l’allègement et le recentrage des programmes scolaires : il est curieux que les parents qui  déplorent que les enfants n’apprennent plus rien, ne savent plus rien, souhaitent un allègement des programmes scolaires… ce qui est d’ailleurs en contradiction avec l’affirmation suivante qui mentionne que  les parents se placent dans une logique de quantité et qu’ils refusent tout ce qui semble amputer la quantité d’enseignement ! Pour ce qui concerne le prétendu « recentrage », recentrage sur quoi ? l’histoire ne le dit pas et n’y tient pas, évidemment ! étant donné le vide du contenu du « recentrage » : en effet,  dans l’optique des réformateurs, le contenu est celui que l’enfant apporte – une sorte d’auberge espagnole – puisque c’est lui qui construit son savoir et qu’il ne doit plus le recevoir d’un maître.

 Par ailleurs, cette « étude » « Opinionway » mentionne  que l’approche des Français sur l’éducation « reste marquée par l’inquiétude » - de cela, il n'est pas permis de douter -  avec comme conséquence, le refus de tout ce qui semble amputer la quantité d’enseignement. Il y a donc bien un hyatus dans cette « étude »  : les parents souhaiteraient un allègement des programmes scolaires en même temps qu’ils refuseraient tout ce qui semble amputer la quantité d’enseignant !

 Puis, la présentation des résultats est inversée pour ne pas donner l’impression trop grossière que bizarrement, les parents donneraient toujours des réponses qui iraient dans le sens des réformes en cours !

 Ainsi, au lieu de dire que 72% sont favorables au fait de supprimer le redoublement dès le primaire  - ce qui serait tout de même un peu trop voyant comme supercherie et surprendrait plus d’un lecteur mais qui correspond bizarrement à la logique de la « refondation » en cours de l’école où la transmission des savoirs n’a plus sa place et la question de redoublement superfétatoire - il est dit que 28%  ne sont pas favorables  au fait de supprimer le redoublement dès le primaire (28%) ;

 De même, au lieu de dire que 71% des parents sont favorables au fait de réduire les nombre des épreuves au baccalauréat, parce que "la ficelle serait quand même trop grosse", il est dit que 28% n’y sont pas favorables

Egalement au lieu de dire que 58% des parents sont favorables à l’allègement des rythmes scolaires au collège et au lycée , ce qui passerait mal également tant cela ne cadre pas avec leurs préoccupations, il est dit que 42% des parents n’y sont pas favorables.

 La conclusion d’« Opinionway » apparaît tout aussi préfabriquée que le reste de l’étude, consistant à dire : « …il paraît dès lors clair que, face à la crise, au sentiment que l’ascenseur social est en panne et que l’école est moins performante qu’elle ne l’était, l’opinion, comme les parents, aborde la question dans une attente de « toujours plus » contraire à celle des spécialistes  des jeunes et de l’enseignement (sic) qui promeuvent une approche plus qualitative ... »

 En somme, selon « Opinionwaye », les parents tout comme l’opinion ne comprennent décidément rien,  qui veulent du « toujours plus » alors qu’ eux « les spécialistes des jeunes et de l’enseignement » (sic) dont on ne nous dit pas qui ils sont mais que l’on a deviné quand même – les grands cerveaux du HCE !  -  « ils promeuvent une approche plus qualitative », ce qui laisserait supposer qu’ils en améliorent la qualité alors que, s’il s’agit bien d’une approche qualitative en effet, cette approche, qui touche à la qualité même, à la substance même de l’enseignement, est faite pour en détruire tous les fondements !

Mais, si cette révolution-destruction se fait au pas de charge sous le masque de la désinformation qui se fait via la presse, les sondages, les déclarations des gouvernants et des candidats à la présidence de la République, personne ne sera dupe éternellement !« Vous pouvez tromper quelques personnes tout le temps, vous pouvez tromper tout le monde un certain temps, mais vous ne pouvez tromper tout le monde tout le temps » disait Abraham Lincoln.

En effet, si 9 Français sur 10 veulent une réforme de l’école, c’est pour qu’elle soit restaurée dans tous ses attributs et non qu’elle disparaisse en « lieu de vie » sous la formule trompeuse de « refondation » comme elle l'est aujourd'hui,  et il faudra bien, tôt ou tard, « faire les comptes » !

Lu 4397 fois Dernière modification le samedi, 23 juin 2012 08:42