vendredi, 28 septembre 2012 17:24

La morale à l'Ecole?

Écrit par 

Le vocabulaire employé par certains journalistes pour désigner une remarquable continuité dans la politique éducative en dépit des changements de « côté » et de Ministre est savoureuse : « Peillon copie sur Chatel, Darcos et Chevènement » ! oh ! le vilain petit camarade… il a copié.. M’sieur ! Quelle vigueur intellectuelle ! quelle fraîcheur ! c’est ce qui ressort d’un article de Martin Untersinger, journaliste à « rue89 » relativement à l'enseignement de la morale à l'école. 

 

Cette annonce d’instruction morale à l’école primaire  est plutôt bien perçue par le public qui y voit le retour à l’instruction morale et civique enseignée jadis  qui permettait de faire appréhender aux enfants les éléments essentiels de morale et de leur dispenser les connaissances indispensables en matière institutionnelle. S’il est certes, nécessaire de structurer la morale et l’esprit d’un enfant, guider sa conduite individuelle et collective … qu’en est-il de la circulaire parue le 25/08/12 et publiée au Bulletin officiel de l’Education Nationale le 01/09/12 , relative à « l’instruction morale à l’école primaire »  adressée aux recteurs, inspecteurs et directeurs d’écoles.

Chaussons nos « bésicles »…

Que ressort-il de cette circulaire ?

Les objectifs ?

... d’une « clarté » étonnante !

« …aider chaque élève à édifier et renforcer sa conscience morale dans des situations concrètes et en référence aux valeurs communes à tout « honnête homme...asseoir les bases d’un exercice bien compris de la liberté individuelle au sein de la société… »

Les principes ?

« …Les principes de neutralité et de laïcité s’appliqueront avec vigilance, notamment dans les domaines politique et religieux… » Bizarre ! bizarre ! neutralité et laïcité ne vont pas beaucoup ensemble ! la laïcité étant un système qui exclut les églises de l’exercice du pouvoir politique et administratif et notamment de l’organisation de l’enseignement , le parti  ainsi pris exclut toute neutralité! Poursuivant ainsi « …Ce qui sous-tend la morale, c’est l’idée du bien et les valeurs qui en découlent… »

Le contenu ?

Il s’agit de… transmettre les principes essentiels de la morale universelle, fondée sur les idées d’humanité et de raison. Quels sont ces principes à transmettre ? nous l’ignorons. Nous n’en savons pas davantage sur le contenu, sinon que « …la connaissance du fait religieux, en particulier, n’implique aucun débat relatif aux obligations religieuses ni aux questions liées à la foi. Donc, la laïcité va de soi, ce n’est pas discutable ni à discuter, le fait religieux existe mais sur quoi repose-t-il ? ce n’est pas la peine d’en savoir plus !

Les moyens ?

Il ne s’agira pas de cours mais d’échanges, de débats .

 Comment des enfants de l’école primaire à qui ne sont pas dispensés de savoirs peuvent-il débattre sur des sujets qu’ils ignorent ? un débat prend forcément son assise sur des savoirs enseignés préalablement.  Ces  prétendus « cours de morale » s’inscrivent donc, en réalité,  dans la logique de la « refondation » de l’Ecole où les cours disparaissent pour faire place à des activités dont les « débats » en constituent une des formes. Ainsi il est bien stipulé que l’usage des maximes est préconisé, que «…l’intelligence des maximes, à travers une analyse collective guidée par le professeur, ne prend pas la forme d’un cours magistral : ce sont les échanges entre élèves… qui permettent d’expliciter les justifications présentées par les élèves, de les valider ou de les invalider au regard de la morale universelle …  toutes les opinions et tous les points de vue doivent pouvoir s’exprimer… »

Il s’agit bien de la logique de la construction du savoir par l’enfant lui-même, ce n’est pas le « maître » qui apporte les connaissances que les enfants assimilent pour pouvoir ensuite  les utiliser dans des situations concrètes ; c’est l’enfant qui apporte la matière !

Et puis également « …des lectures, des récits ou des événements présentant une problématique morale peuvent être aussi utilisés comme supports de travail et prendre la forme d’un dilemme ou une alternative… » Comment soumettre des enfants de cet âge à une problématique morale ? Comment peut-on les placer devant des dilemmes ou des alternatives qui supposent des choix ? l’enfant dispose-t-il de la substance et de la maturité pour le faire ?

Conclusion

Nous sommes bien loin des cours de morale où sont édictées des règles  permettant de donner à  l’enfant  les outils nécessaires pour progresser dans le sens du bien, pour développer des qualités nobles et généreuses axées sur les devoirs envers les autres.

Des cours de morale? une annonce qui fait tout son effet, mais dont la forme et les « problématiques » risquent, au contraire, d’être très déstabilisantes pour les enfants.

Lu 4666 fois Dernière modification le lundi, 08 octobre 2012 19:43